Florence Dalbes Gleyzes

Auteur

Découvrez mon univers littéraire.

Quand tout menace, Florence Dalbes
 
IMG-20210826-WA0001_edited.jpg

À propos de Florence Dalbes Gleyzes

Qui suis-je

Je suis un arbre.
Pour les racines : un brin catalane, un chouilla bretonne, un peu ardennaise, un poil cathare. Pour le feuillage, c’est un brassage continu : de l’herbe de Seine-et-Marne à la chaleur sénégalaise, du sable varois à tous les arômes du Languedoc, je me fabrique à l’air ambiant.
Le monde est une jungle.
Pour aborder ce monde incohérent il fallait bien de la poésie, et je m’en suis barbouillée dès l’enfance. Pour remettre de l’ordre dans mes émotions et pensées explosives, trouver les mots, les plus justes, il me fallait bien écrire, histoire aussi de donner la parole et la réalité aux êtres qui communiquent peu ou mal. Les plus fragiles, les exclus ou décalés ont mes faveurs.
Bref. Je suis un arbre qui écrit dans la jungle.

Pour recevoir une lettre d'informations et une nouvelle gratuite, vous pouvez vous inscrire via un formulaire tout en bas de ce site.

 

A découvrir !

Bibliographie

Auteure hybride, je travaille avec quelques maisons d'éditions et en autoédition. 

Les tentatives, Editions le Manuscrit, 2006

Inferm, Editions Jacques Flament, 2011

Abécédaire de la décroissance, Editions Jacques Flament, 2014

Le bunker, septième témoignage, Editions Jacques Flament, 2015

Le bruit et la mémoire, Editions Chum, 2018

Grégo de l’île, Editions Chum, 2021


AUTOEDITION

Le fil tendu. ID, 2017

Série Miss Rabat-joie, ID, Bookélis, 2019

  1. Du côté des macarons

  2. Coingpomme.com

  3. Amour marmelade pointure 44

  4. Hyperhéroïne (2021)


Les indécises, nouvelles, ID 2020

Dans le ventre de BK, ID, 2020

Quand tout menace, ID, 2021 (réédité en 2022 aux éditions Behagle)

 
image012.jpg

Inferm

Nouvelles

Dans chacune des nouvelles de ce recueil, un personnage est enfermé,
coupé des autres, incapable de les atteindre. Et c’est pour chacun son plus lourd handicap, celui qui les pousse à se battre pour gagner l’humanité ou du moins la toucher.

12,90 € chez Jacques Flament éditions

Mes liens

Où trouver mes livres ? La plupart pourront être commandés en librairie. Sinon, suivez le guide.

Amazon_Kindle_logo_edited.png

Amazon

Tous mes livres, papier et ebook.

téléchargement.png

Bookelis

Publiés chez Bookelis : la série Miss Rabat-joie, version papier et ebook. Les indécises, version papier et ebook.

téléchargement.jpg

KOBO

Tous mes ebook chez Fnac et Kobo

chum-editions-logo-1615997597.jpg

Editions Chum

Deux romans, papier et ebook : Le bruit et la mémoire ; Grégo de l'île.

800px-BoD_logo.jpg

BOD

Dans le ventre de BK, version papier et ébook.

EDITIONS (4).png

Editions Behagle

Editeur indépendant tout nouveau ! Version papier et ebook de Quand tout menace.

 
 

Lectures

Retrouvez mes chroniques sur Instagram, livres jeunesse ou adulte.
Mon compte : @florence.dalbes.g
Egalement sur Facebook. https://www.facebook.com/fdg34/

CVT_Leur-mere-a-toutes-Premiere-partie_4947_edited.jpg

Oyé, oyé, le dernier Behagle est sorti ! En à peine deux livres, l’auteur a su trouver sa place dans le genre réaliste et sombre, avec toute l’efficacité de Maupassant (déjà éprouvé lors de la lecture de Fièvre de lait) ! L’écriture râpeuse et accrocheuse nous conduit dans une prison de femmes sous la coupe de religieuses dont la bonté et la candeur sont élimées depuis belle lurette. Les unes et les autres, gardiennes et prisonnières, sont capables du meilleur comme du pire, et nous livrent peu à peu leurs secrets, leurs blessures et leurs vices. Un roman historique qui ne semble pas en être un, je préfère dire contemporain. La modernité et l’intensité de la prose le rendent très actuel.
Résumé : Sœur Marie se voit affectée à Saint-Lazare, sans possibilité de retour. Elle y côtoiera des femmes dont les crimes divers donnent au lieu une réputation de cloaque. Après une période douloureuse d’adaptation, la jeune sous-prieure gagnera la confiance de ces femmes et les confidences amères, abjectes, terribles de certaines d’entre elles.
J’attends la partie 2 avec autant de craintes que d’impatience. En effet, la lecture n’est pas anodine. Adeptes de romans légers, passez votre chemin. Ici, c’est le goût du sang et de la merde, un mélange de crasse et de vermines. La lumière est crue et tente péniblement de se frayer une trajectoire dans l’obscurité divine et la destinée humaine.
Pour l’écriture captivante, le sujet intéressant, l’émotion procurée, et cette nouvelle voix dans le monde littéraire, n’hésitez pas à vous mettre dans les bras de notre mère à toutes. En tout cas, moi je vais suivre l’auteure de près.

Leur mère à toutes, de Yasmina Behagle. Autoédition.

IMG-20201212-WA0004.jpg

J’ai téléchargé cet ouvrage sur ma liseuse pour le lire quelque temps plus tard. Aussi l’ai-je entamé sans me rappeler de quoi ça traitait (on a beau retourner la liseuse, on ne trouve pas de 4e de couverture). J’ai bien aimé m’immerger dans une histoire sans avoir aucune idée de ce qui m’attendait. D’autant plus que le début est intrigant : des enfants enfermés dans des cellules que  des militaires viennent chercher chaque matin pour les emmener en cours, en les gardant ligotés. Mélanie fait partie de ces enfants. Intelligente, elle est passionnée par les cours de sa professeur. Et celle-ci, malgré les mises en garde, s’attache à ces élèves particuliers, dangereux, desquels on se protège par les armes et des produits chimiques. Aussi, elle s’insurge quand l’un d’entre eux disparaît.
Un jour, tout dérape. Les affams attaquent le camp. Et quelques rescapés doivent le fuir pour rejoindre une partie du monde civilisé. Parce que nous sommes dans un univers post-apocalyptique, et le danger rôde.
Mélanie, aussi menaçante soit-elle, peut aider ceux qui la craignent.
On retrouve les codes des films américains, l’enfant, quelques militaires, la prof... en pleine course poursuite dans le chaos. Forcément, il y a des morts, au fur et à mesure de leur escapade. J'ai vite été embarquée, parce que j’y ai trouvé de la sensibilité et de l’intelligence, dans ce récit. La fin est percutante, et nous rappelle que l’homme est un virus comme un autre, et qu’un jour peut-être, il trouvera plus fort que lui. La vie ne demande qu’à résister et croître.
Prenant, angoissant, ce roman légèrement horrifique interroge notre humanité.
#bookstagram #thriller #zombie

Celle qui a tous les dons, de M.R. Carey

IMG-20201020-WA0000.jpg

Samaa, douze ans, vit dans un monde stérile où les hommes quittent la tribu de longs mois pour traquer le bois, si rare. En le vendant à la ville, ils assurent la survie de tous, malgré ce que peut dire l’Ancienne qui se souvient des temps plus riches. L’adolescente sait que les femmes s’occupent du camp. Malgré tout, elle rêve de partir avec eux, comme le fit son père.
Un jour, elle suit en douce le groupe de chasseurs. Elle affronte le désert et finit par se perdre, déboutée par une tempête de sable. Blessée, au fond d’un trou, elle sera amenée à redéfinir ses croyances et ses priorités.
Samaa a quelque chose du Petit Prince, ses rencontres sont poétiques, instructives, uniques et précieuses. Il lui faut réapprivoiser le monde, ce monde qui pourrait être le nôtre, malmené, détruit, insensé. Avec rythme et poésie, l’auteur nous embarque dans un univers sec, presque mort, et ravive en chacun de nous l’espoir de pouvoir changer les choses.

Et le désert disparaîtra, de Marie Pavlenko
Editions Flammarion, 2020.

20201029_112842.jpg

Rien de nouveau à présenter, mais un texte que je voulais lire depuis longtemps, plus attirée par le style que par l’histoire. Moralement, c’est discutable, mais littérairement, c’est une œuvre incroyable. Alors oui, cet homme qui tombe amoureux de l’adolescente délurée de sa logeuse (qui devient sa femme), c’est subversif, tendancieux, certainement déplacé. Malgré tout, l’écriture accroche, fait vibrer un récit où l’action s’appuie sur la construction des sentiments, la montée du désir et le tissage d’un piège redoutable. Paradoxalement, on s’attache à ce beau-père pervers, ce qui nous rend du coup aussi pervers que lui. Le point de vue de Lolita n’est pas autant décrit que celui que son prédateur. Cela donne ce ton particulier au roman, qui n’a pas aisément trouvé sa place dans le monde éditorial. D’ailleurs, aujourd’hui encore, trouverait-on un éditeur acceptant de le publier ?
Et vous, vous avez aimé ?

Lolita, de Vladimir Nabokov.

 
 

Formulaire d'abonnement

Restez à jour

Merci pour votre envoi !